Évolution de la qualification

jeudi 16 janvier 2014

La démocratisation du système d’enseignement débute vraiment avec les lois rendant la scolarité obligatoire. en 1881 et 1882.
Elle s’est traduite sur le long terme par l’accueil d’un nombre de plus en plus important d’élèves et d’étudiants et par un allongement de la durée des études (il y avait 75 000 étudiants en France en 1936 contre 2 126 000 en 2002 et en 2001, le taux d’accès au niveau du baccalauréat pour une génération atteint 70 %, 62 % l’obtiennent, cette proportion a doublé depuis 1985 !!).
Ces indications pourraient suffirent à prouver l’élévation de la qualification même si celle-ci ne se réduit pas au diplôme. La qualification traduit la capacité des individus à « produire », à répondre aux besoins de l’organisation. Un salarié n’est pas « qualifié » dans l’absolu ; il l’est par rapport à une situation professionnelle déterminée. La qualification professionnelle, au même titre que la compétence sont des notions restrictives. Elles sont circonstanciées et ne révèlent pas l’étendue des savoirs et savoir-faire d’un individu. Elles ne révèlent que ce qui est mis en oeuvre par un individu dans son travail, c’est-à-dire que ce que son utilisation autorise à vérifier. Par ailleurs, elle est caractérisée par une interdépendance entre la complexité de l’emploi et la réussite de l’individu dans cet emploi. [1]

Mais la qualification est encore très fortement déterminée par le niveau de formation. Celui-ci demeure un critère prépondérant dans l’évaluation des emplois et dans la différence de qualification.

On comprend que la qualification est un concept applicable aussi bien à l’individu, renvoyant alors à la notion de compétence, qu’à l’emploi lorsqu’elle est par exemple définie avec précision dans une convention collective.

On trouve de nombreux auteurs pour souligner la déqualification des ouvriers qui serait la conséquence du taylorisme et du fordisme. C’est certain mais c’est aussi daté et partiel. L’image de l’ouvrier de métier maîtrisant (maître ouvrier) parfaitement un ensemble de techniques complexes est conforme à la situation d’une minorité des ouvriers au XIXème siècle et encore largement dans l’industrie jusqu’au milieu du XXème siècle. Une sorte d’aristocratie ouvrière qui masquerait la situation réelle du plus grand nombre des ouvriers dont la qualification est constituée seulement par l’expérience accumulée dans une succession d’emplois non qualifiés.
Si l’OST et le développement de la mécanisation sont liés pour déterminer le travail de l’Ouvrier Spécialisé (OS), les Ouvriers Qualifiés (OQ) ou Ouvriers Professionnels (OP) avant qu’on ne les désignent comme "opérateurs" occupent des positions statutaires OQ1, OQ2, OQ3...

La mécanisation et l’utilisation des automatismes particulièrement depuis l’entrée des technologies informatisées exigent d’ailleurs une qualification plus élevée.
L’agriculteur d’aujourd’hui est nettement plus qualifié que son prédécesseur, l’ouvrier d’usine qui contrôle une machine et en assure les réglages est assimilable au technicien d’hier. Le problème est ailleurs, c’est celui du statut attaché à la condition des travailleurs peu qualifiés qu’il s’exprime à travers le niveau peu élevé du salaire ou par la vulnérabilité de l’emploi.

Car les emplois non-qualifiés occupent encore une place importante (20% des emplois salariés) et la situation ne semble pas évoluer favorablement. En 20 ans (de 1984 à 2004) l’emploi non qualifié s’est transformé.
Il s’est développé dans le commerce, les services aux particuliers et les services aux entreprises, secteurs en plein essor et a fortement diminué dans les postes de production.

Les évolutions se sont confirmées depuis.

[1Le glissement du concept de qualification vers celui de compétence peut être interprété à la lumière des transformation de l’organisation du travail et des exigences nouvelles en terme de gains de productivité.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 138 / 1307406

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Économie générale  Suivre la vie du site Travail, activité, emploi, chômage  Suivre la vie du site Compléments   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License