La demande de monnaie de transaction

lundi 2 septembre 2013

Dans une économie monétaire, pour que les transactions puissent se réaliser il faut de la monnaie. Il en faut d’autant plus que la valeur des transactions est plus grande. Comme dans une période donnée un même signe monétaire (une pièce, un billet,
un euro en compte courant) peut être utilisé plusieurs fois il faut aussi prendre en compte cette caractéristique : la monnaie peut circuler plus ou moins vite.
Md est la demande de monnaie pour les transactions, pi et qi
respectivement le prix et la quantité du produit i et V la vitesse de circulation de la monnaie calculée comme le nombre de fois où une même unité de monnaie est utilisée pendant la période d’enregistrement des transactions (si avec 500 millions de pièces de 1 euro on a financé une valeur des transactions de 1,5 milliards d’euros, alors chaque euro a servi 3 fois).
On transforme généralement cette expression en écrivant que la valeur totale de la production est le produit du PIB en volume (somme des qi) et du niveau général des prix (moyenne pondérée des pi)
On obtient alors l’équation dite des transactions : Md= Q.P / V.
On en déduit facilement que le niveau des prix s’écrit : P = V.Md / Q ce qui permet de comprendre comment évolue le niveau général des prix et la valeur de la monnaie puisque celle-ci est l’inverse du niveau des prix (si les prix doublent, la valeur de la monnaie est divisée par 2, il faut deux fois
plus de monnaie qu’avant pour obtenir une même quantité de produits).
En supposant que l’offre de monnaie Mo (la quantité de monnaie qui est mise en circulation) est déterminée de manière discrétionnaire par la banque centrale, l’équilibre est réalisé quand la monnaie offerte correspond à la monnaie demandée Mo = Md.

Si la vitesse de circulation de la monnaie est stable alors une modification de la quantité de monnaie en circulation a pour seule conséquence l’augmentation du niveau général des prix.


La variation de la quantité de monnaie offerte n’a pas d’effet sur l’économie réelle. Elle n’affecte pas la production réelle, elle ne modifie pas les prix relatifs, en particulier elle ne modifie pas le salaire réel donc elle n’a pas d’effet sur l’emploi. Elle implique simplement une modification du niveau général des prix.
Les valeurs nominales changent mais pas les valeurs réelles. On dit que l’analyse est dichotomique pour insister sur le fait que la monnaie
n’est qu’un voile
, un simple instrument des échanges,
elle n’a pas d’influence sur le monde réel.

Dans les économies monétaires modernes, les agents adaptent leur comportement de gestion de leurs ressources monétaires aux conditions proposées par leur banque. Le revenu perçu est dépensé progressivement pendant la période. Il est donc raisonnable de ne pas conserver la totalité du revenu en monnaie par exemple en décidant de placer la moitié de ce revenu mensuel en titres qui seront vendus en milieu de période. La part du revenu placée de cette manière dépend du taux d’intérêt servi pour le placement.

Bien entendu il faut prendre en compte les frais associés à l’achat et à la vente des titres, et le temps consacré à cette gestion qui sera d’autant plus grand que l’agent s’efforcera de réduire la quantité de monnaie non rémunérée en adaptant les placements aux dépenses.

Si le gain réalisé par le placement (qui dépend du taux d’intérêt) est plus élevé que le coût de gestion (ce qui est d’autant plus vrai que le revenu est plus élevé), la demande de monnaie de transaction devient une fonction décroissante du taux d’intérêt.
Plus le taux d’intérêt est élevé, plus il devient rationnel de ne pas conserver de liquidité.
On retrouve une analyse de la préférence pour la liquidité appliquée cette fois au motif de transaction (arbitrage concernant le financement de la consommation) alors qu’elle concerne habituellement le motif de spéculation (arbitrage concernant la décision d’utilisation de l’épargne).


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1606 / 1252892

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La monnaie, les banques et le financement.  Suivre la vie du site L’euro et la politique monétaire européenne  Suivre la vie du site Le Système Européen de Banques Centrales  Suivre la vie du site Compléments   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License