La normalisation impossible des politiques monétaires dans les pays de l’OCDE

mercredi 12 mars 2014

Flash éco Natixis 6 mars 2014 – N° 196
Résume (première page)
« Nous pensons qu’il est aujourd’hui beaucoup trop tôt pour normaliser les politiques monétaires aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, dans la zone euro, au Japon :
- les taux d’endettement publics et privés sont encore très élevés, et une hausse des taux d’intérêt aurait un effet très négatif sur la solvabilité, sur la demande de biens et services ; ceci est d’autant plus le cas que les croissances nominales (du PIB pour les
entreprises, des revenus disponibles pour les ménages) sont faibles ; on a d’ailleurs vu que la remontée des taux d’intérêt à long terme aux Etats-Unis avait déjà des effets négatifs visibles sur l’immobilier résidentiel ; nous montrons que le retour aux taux d’intérêt d’avant crise augmenterait considérablement, à long terme, le service des dettes, surtout aux Etats-Unis et au Royaume-Uni ;
- la politique monétaire influence l’économie par le niveau des intérêts sur la dette (voir ci-dessus) et par la hausse des prix des actifs (par les effets de richesse), mais pas par le crédit qui ne redémarre pas ; normaliser les politiques monétaires, en particulier arrêter les injections de liquidité, pourrait faire disparaître leur seul canal de transmission.
Au total, il faudra sans doute attendre que les taux d’endettement publics et privés soient suffisamment bas ; et que le crédit reparte, pour que les politiques monétaires puissent être normalisées. »
(...) La suite est à cette adresse


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 137 / 1486642

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Documents  Suivre la vie du site Monnaie, financement, politique monétaire   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License