La politique monétaire non conventionnelle

dimanche 23 février 2014

Le contenu de cet article reprend intégralement les indications figurant sur le site de la BCE.

Le mécanisme de transmission de la politique monétaire est le processus par lequel la BCE vise à influer sur les prix dans l’ensemble de la zone euro au travers de ses taux d’intérêt. S’il est affecté par les dysfonctionnements sur certains compartiments du marché, les impulsions de taux d’intérêt de la BCE n’étant pas transmises de façon uniforme dans toutes les régions de la zone euro, la BCE peut intervenir.

En périodes de tensions extraordinaires sur les marchés financiers, l’Eurosystème peut recourir à tout instrument compatible avec le traité qu’il juge nécessaire pour remplir ses objectifs. L’Eurosystème peut par conséquent décider de faire face à ces tensions en adoptant des mesures non conventionnelles. Ces mesures font partie de la « boîte à outils » permettant à l’Eurosystème de mettre en œuvre la politique monétaire, mais elles sont exceptionnelles, par définition, et temporaires, par nature. Ces mesures s’adressent généralement au secteur bancaire, car les entreprises de la zone euro s’appuient largement sur les banques pour leurs financements (plutôt que sur les marchés de capitaux).

Quelques exemples de mesures que l’Eurosystème peut prendre.

- Fourniture de liquidité à taux fixe, la totalité des soumissions étant servies
En temps normal, l’Eurosystème évalue, lorsqu’il conduit ses opérations d’open market, le besoin total de liquidité du secteur bancaire et alloue ce montant à travers des appels d’offres. Ces appels d’offres sont le plus souvent effectués à taux variable, les banques devant payer les intérêts qu’elles proposent dans leurs soumissions. L’Eurosystème peut également recourir à des appels d’offres à taux fixe, le taux d’intérêt étant indiqué à l’avance et les banques soumissionnant le montant pour lequel elles souhaitent être servies au taux fixé.
Dans des circonstances exceptionnelles, pendant la crise financière ou la crise de la dette souveraine par exemple, la BCE peut décider à l’avance d’allouer la totalité de la liquidité demandée par les banques, c’est-à-dire de satisfaire toutes les offres, à un taux d’intérêt fixe.
- Extension de la liste des actifs admis en garantie
L’Eurosystème peut décider d’abaisser les exigences minimales concernant les garanties que les banques doivent fournir lors de tout refinancement auprès de la banque centrale. Cette mesure vise à améliorer l’accès des banques aux opérations d’apport de liquidité de l’Eurosystème. Les actifs que les banques commerciales remettent en garantie dans le cadre des opérations de refinancement restent inscrits au bilan des différentes banques et ne sont pas repris au bilan de la banque centrale.
Le dispositif de garanties vise à protéger l’Eurosystème de pertes lors de ses opérations de politique monétaire tout en assurant au système bancaire un accès suffisant aux refinancements de la banque centrale. Pendant la crise financière, des mesures se traduisant par l’extension du dispositif de garanties ont été prises afin de faciliter la transmission de la politique monétaire unique à travers la zone euro. Ces mesures se fondaient sur des évaluations approfondies et étaient combinées à des mesures appropriées de contrôle des risques. Ces dernières sont adaptées pour lisser le niveau de risque entre différents types de garanties. L’Eurosystème surveille constamment la pertinence du dispositif de garanties et l’utilisation des garanties par ses contreparties.
- Apport de liquidité à plus long terme
En temps normal, l’Eurosystème effectue une opération de refinancement à plus long terme par mois, assortie d’une échéance de trois mois. Il peut, si la situation l’exige, augmenter la fréquence et la durée de ces opérations.
- Fourniture de liquidité en devises
Si les banques ont des difficultés à accéder à des liquidités en devises, l’Eurosystème peut apporter celles-ci en collaboration avec d’autres banques centrales.
- Modifications du taux des réserves obligatoires
L’Eurosystème peut, pour influencer les besoins de liquidité du système bancaire, décider de modifier le taux des réserves que les banques sont tenues de détenir.
- Achats fermes de titres de créance spécifiques
Afin d’assurer une transmission efficace des impulsions de politique monétaire à l’ensemble de l’économie, influençant - finalement - le niveau général des prix, l’Eurosystème peut intervenir sur les marchés de titres de la dette publique et privée de la zone euro en procédant à des achats fermes de certains actifs (au lieu de les accepter en garantie).


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 654 / 1189462

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La monnaie, les banques et le financement.  Suivre la vie du site L’euro et la politique monétaire européenne  Suivre la vie du site Le Système Européen de Banques Centrales  Suivre la vie du site Compléments   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License