Le marché monétaire

dimanche 1er septembre 2013

Le marché monétaire - marché des titres de créances négociables et marché interbancaire.

Pour éviter les malentendus il est préférable de réserver distinguer le marché des titres de créances négociables et le marché interbancaire même si ces deux marchés constituent ensemble le marché monétaire proprement dit. Cette distinction est fondée sur la place qu’occupe le marché interbancaire dans la mise en œuvre de la politique monétaire.
Si le marché obligataire est un marché organisé, le marché monétaire (pour ces deux composantes) est un marché de gré à gré sauf pour les bons du Trésor. Pour ces derniers, la liquidité du marché et la cotation des titres sont assurées par les Spécialistes en Valeurs du Trésor ou SVT.

Le tableau suivant montre comment les différents instruments commandent l’organisation des différents marchés.

Le marché des titres de créances négociables.

Sur le marché des titres de créances négociables, il n’existe que 4 sortes de titres :
- Les billets de trésorerie pour les sociétés non financières et les entreprise d’investissement (de 1 jour à 1 an)
- Les certificats de dépôts pour les établissements de crédit (de 1 jour à 1 an)
- Les bons du Trésor négociables émis par l’Agence France Trésor pour les administrations publiques (échéances variables)
- Les bons à moyen terme négociables pour les émetteurs précédents Trésor excepté (échéance supérieure à 1 an).

Les prêteurs deviennent des investisseurs (ils souscrivent des titres) et les emprunteurs deviennent des émetteurs (ils émettent des titres). Une fois les titres émis ils peuvent être négociés. Il s’agit donc d’un marché financier au sens traditionnel mais pour des durées courtes (normalement de 1 jour à 7 ans mais les pour les BMTN - Bosn à Moyen Terme Négociables - il n’y a pas de limite de temps). Dès que les durées s’allongent, le marché monétaire se trouve en concurrence avec les autres marchés financiers en particulier le marché obligataire. La distinction est cependant importante : les titres du marché monétaire sont négociables mais ils ne sont pas cotés. Le marché monétaire est un marché de gré à gré. Il y a cependant une exception notable comme cela a déjà été signalé plus haut : le marché secondaire des Bons du Trésor est organisé et coté par l’intervention des Spécialistes en Valeur du Trésor SVT.

[*Le marché des titres de créances négociables*] fonctionne comme le marché obligataire, il y a donc un marché primaire, celui de l’émission des titres et c’est à cette occasion que les taux d’intérêt sont déterminés et un marché secondaire, celui de la négociation. Les titres de créances négociables sont comme leur nom l’indique susceptibles d’être vendus et achetés à tout moment après leur émission.
À côté des 4 produits destinés spécifiquement au marché (les TCN) d’autres produits sont négociés sur ces compartiments du marché monétaire : des valeurs mobilières, théoriquement accessibles aux particuliers, principalement des emprunts d’État comme les OAT (Obligations assimilables du Trésor) court terme mais aussi des obligation courtes émises par les collectivités locales ou les entreprises et des dépôts en devises.

Dans ces négociations, le prix du titre est déterminée par les facteurs habituels : évolution constatée et surtout anticipée des taux d’intérêt, du niveau général des prix, appréciation de la situation financière de l’émetteur pour mesurer le risque. Bien entendu, la nécessité de mettre en place des techniques de couverture et de spéculation s’est imposée pour ce marché comme pour le marché obligataire et des marchés dérivés construits sur les supports physiques représentés par les TCN se sont développés.

[*Les produits dérivés*] sont construits sur les supports précédents et les marchés correspondant sont particulièrement liquides et ils jouent le rôle d’assurance contre les risques de taux d’intérêt (hausse ou baisse)
Les plus actifs sont
- les marchés du change à terme, ce qui correspond a un prêt virtuel dans une devise et à un emprunt virtuel dans une autre devise
- les FRA (Forward Rate Agreement) qui sont des contrats de gré à gré permettant de fixer un taux interbancaire dans le futur, par exemple un taux à 3 mois dans deux mois
- les swaps de taux d’intérêt qui sont des contrats d’échange de taux d’intérêt, généralement d’un taux fixe contre un taux variable, basés :
soit sur des taux au jour-le-jour - pour la zone euro, l’Eonia - constatés et publiés par une banque centrale ou un organisme professionnel ; le nom anglais de ces swaps est OIS, pour Overnight Indexed Swaps ;
soit sur les taux des prêts interbancaires en blanc, les IBOR (Interbank Offered Rates), également constatés et publiés par une banque centrale ou un organisme professionnel (voir Euribor, Libor) ;
- les contrats à terme et options sur contrats à terme sur des marchés organisés comme le LIFFE ou Eurex...

Encours des Titres de Créances Négociables

Le marché interbancaire

Le marché interbancaire est réservé aux seuls établissements de crédit, au Trésor et à la Banque centrale, c’est un marché de gré à gré sur lequel les établissements de crédit peuvent réaliser toutes les opérations qui les intéressent (montant, durée, taux, modalités) en étant tour à tour ou simultanément offreurs et demandeurs de liquidités bancaires (voir plus haut). Les établissements de crédit qui ont des excédents de trésorerie interviennent sur le marché interbancaire en tant que prêteurs alors que ceux qui sont déficitaires interviennent en tant qu’emprunteurs. Le Trésor public intervient essentiellement en tant qu’emprunteur pour répondre aux besoins de financement des administrations publiques qui ne sont pas couverts par l’émission d’obligations (marché obligataire) ou de Bons de Trésor à moyen terme (marché des titres de créances négociables). Pour ce faire, il émet des Bons du Trésor à Taux Variables dont la durée est généralement comprise entre zéro et deux ans et dont les principaux bénéficiaires sont les intervenants du marché interbancaire.

Les prêts sur le marché interbancaires peuvent prendre plusieurs formes et on distingue notamment :
- des prêts interbancaires « en blanc » (sans aucun gage)
- des prêts interbancaires gagés, le gage étant un titre (désigné mais non livré) mis en pension
- la pension livrée ou repo, qui est un emprunt de monnaie gagé par la vente au comptant simultanée, avec livraison, de titres financiers négociables (obligations, bons du Trésor, certificats de dépôt...) ; à l’échéance du prêt de numéraire l’opération se dénoue par le rachat des titres.

La régulation de la liquidité bancaire est assurée par la banque centrale par des opérations d’open market (la Banque centrale intervient comme offreur ou demandeur de liquidités au même titre que les autres acteurs du marché), par des facilités permanentes (facilité de prêt marginal, facilités de dépôt), des opérations principales de refinancement (appels d’offre) et par la fixation des modalités et du coefficient des réserves obligatoires. Il s’agit à la fois de contrôler la création de monnaie et d’assurer la sécurité du système bancaire en permettant aux banques de rester « liquides ».
Pour en savoir plus voir La liquidité bancaire et la politique monétaire.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 10360 / 1254733

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La monnaie, les banques et le financement.  Suivre la vie du site Le financement de l’économie  Suivre la vie du site Les banques et prestation de services d’investissement  Suivre la vie du site Cours   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License