Productivité et coût du travail

jeudi 16 janvier 2014

En 10 ans, de 1994 à 2004, dans l’industrie manufacturière en France, le cout salarial unitaire a baissé de 20 %. Cette évolution s’explique principalement par le fait que les gains de productivité du travail n’ont pas été entièrement répercutés en augmentation de salaire. Le rappel des définitions et un peu de logique vont permettre de comprendre pourquoi il en est ainsi.

Le coût unitaire de production peut être calculé de deux manières :
- en moyenne et dans ce cas on fait le rapport du coût total à la quantité produite =
CT / Q = CMO
- à la marge et dans ce cas on fait le rapport pour une quantité de produits donnée de l’augmentation du coût total entraînée par une production supplémentaire, soit si on note ∆ la variation d’une grandeur =
∆CT / ∆Q = CMA
Le coût moyen est le plus souvent utilisé dans les comparaisons internationales ou pour suivre une évolution historique.

Le coût total est la somme des différents coûts liés à la production. Il faut donc additionner les dépenses de salaires (charges comprises), les dépenses liées à l’utilisation du capital et aux consommations intermédiaires.
CT / Q = (DS + DK) / Q
donc
CT / Q = (DS / Q) + (DK / Q)
On appelle "coût salarial unitaire" le rapport des dépenses de travail à la quantité produite soit DS / Q
Ces dépenses dépendent du salaire par tête augmenté des charges sociales et du nombre de salariés employés.
DS = [(w + wT) N] / Q)
avec w pour le salaire par tête et T le taux des charges sociales, N l’effectif employé.
Cette égalité s’écrit aussi :
DS = [(w + wT) / (Q / N)
Q / N est la productivité du travail.

Il est facile de comprendre à partir de cette égalité que le coût salarial unitaire augmente d’autant moins vite que la productivité du travail augmente plus vite que le salaire par tête. Cet écart peut être renforcé par une baisse du taux de charges sociales.
C’est ce que vous pouvez vérifier dans le graphique ci-dessous.

Les comparaisons de CSU (coût salarial unitaire) en niveau [1] permettent d’apprécier la compétitivité coût d’un pays.
Il faut calculer les niveaux des coûts salariaux unitaires, comparables entre les pays en divisant le salaire horaire par le niveau de productivité horaire.
- dans l’industrie manufacturière, beaucoup de pays ont aujourd’hui des niveaux de coûts salariaux unitaires proches de ceux de l’Allemagne : France, Belgique, Espagne, Portugal, Slovénie. Le coût salarial unitaire est plus faible qu’en Allemagne aux Pays-Bas, en Autriche, en Finlande, en Slovaquie, en Irlande. Deux pays ont des coûts salariaux unitaires plus élevés que l’Allemagne : l’Italie et la Grèce.
- pour l’ensemble de l’économie, tous les pays sauf l’Irlande ont des coûts salariaux unitaires aujourd’hui supérieurs à ceux de l’Allemagne. Les pays où les coûts salariaux unitaires sont les plus élevés sont l’Italie, la Belgique, la Grèce.

[1Alors que le plus souvent elles sont faites en variation, on regarde comment les CSU de chaque pays augmentent et ce n’est pas la bonne méthode.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1001 / 1361495

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Économie générale  Suivre la vie du site La productivité  Suivre la vie du site Compléments   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License