Productivité, formation des travailleurs et organisation de la production

mercredi 9 octobre 2013

Les changements dans l’organisation de la production se lisent à la fois dans les formes de l’organisation du travail et dans la transformation des qualifications sous l’effet d’une amélioration de la formation.

Organisation du travail et productivité

Depuis la description donnée par Adam Smith des effets de la division du travail sur l’efficacité de la production, l’organisation du travail a toujours été considéré comme une importante source de gains de productivité.
La rationalisation des gestes autorisée par la division du travail et sa spécialisation prendront avec Frederick Winslow Taylor sa forme achevée qualifiée d’Organisation scientifique du travail OST.
Les prolongements introduits par Henry Ford sont connus (convoyeur ou chaine de montage, standardisation des produits et rémunération plus élevée) et ils sont souvent présentés comme la forme d’organisation qui se serait imposée jusqu’aux années 1970. en fait beaucoup plus tôt, le concurrent de Ford, Alfred Pritchard Sloan qui dirige General Motors a certainement joué un rôle au moins aussi important si ce n’est plus. Enfin tout le monde a entendu vanté le modèle japonais introduit chez Toyota par Taïchi Ohno.
Pour en savoir plus sur ces modèles productifs (de Taylor à Ohno) voir cet article et pour une présentation de l’analyse du principe de la division du travail lire celui-ci

Formation des travailleurs et productivité

Une meilleure formation doit conduire à une meilleure qualification des travailleurs qu’il ne faut pas confondre avec la qualification de l’emploi.
La qualification de l’emploi c’est l’ensemble des compétences requises pour exercer un emploi, la qualification d’un travailleur est l’ensemble des savoirs et des savoir-faire d’un actif. Certains auteurs proposent de distinguer la qualification appréciée par le niveau de formation et les compétences qui mesureraient mieux les aptitudes du travailleurs. Le monde du travail en France est encore très marqué par la référence aux diplômes et aux grilles de qualifications qui les utilisent contrairement à ce qui peut être observé aux États-Unis par exemple.
On notera qu’un travailleur qualifié peut très bien exercer un emploi peu qualifié, c’est même une situation fréquente et dommageable car elle traduit un gaspillage des ressource s de formation qui ont été utilisées et elle est à l’origine le plus souvent d’une faible implication du travailleur sur-qualifié pour l’emploi qu’il exerce.
Il n’en demeure pas moins que des travailleurs mieux formés sont généralement plus productifs.
Le niveau de formation de la population active en France a beaucoup augmenté depuis 1950 car les emplois exigent plus de qualifications (tertiarisation, montée des fonctions d’encadrement, nouvelles technologies) ; l’allongement de la durée des études et de la formation continue ont permis de satisfaire ce besoin accru de qualifications mais les emplois peu qualifiés et répétitifs sont encore nombreux dans l’industrie et dans le tertiaire.
Normalement une meilleure qualification s’accompagne d’une productivité plus élevée mais cette intuition est difficilement vérifiable et elle est aujourd’hui discutée.

Dans un document de travail publié le 1er février 2012 par l’INSEE, [1] les auteurs montrent que la productivité du travail est la plus basse pour les travailleurs âgés peu qualifiés, alors que les employés âgés hautement qualifiés dans l’industrie et le commerce sont les groupes les plus productifs. Dans l’ensemble des secteurs, les salaires varient considérablement moins que la productivité.

Un autre document de travail de l’INSEE plus ancien [2] analysant les gains de productivité après la mise en place de formation continue confirme l’existence de gains de productivité significatifs : une dépense de formation de 150 euros par salarié de l’entreprise serait par exemple associée à un gain de productivité par tête de l’ordre de 0,4 %. La dépense de formation continue serait en outre un investissement profitable pour les entreprises, puisque celles-ci conserveraient la majeure partie de ces gains. L’augmentation de salaire accordée aux salariés à la suite de la formation représenterait en moins de la moitié du gain de productivité.
Cependant, l’étude ne permet pas de voir la part du gain de productivité qui vient directement de la formation car celle-ci est souvent mise en place à l’occasion d’une réorganisation et/ou de l’achat de nouveaux équipements.

Les comparaisons internationales apportent elles aussi un éclairage sur la relation entre formation initiale et productivité. Il y a en effet une corrélation positive : une formation initiale supérieure correspond à des niveaux de productivité supérieurs.
Aux États-Unis et au Japon, environ 10 à 15 % des actifs de 25 à 64 ans ont un niveau faible niveau d’éducation contre 25 % dans la zone euro et ces deux pays comptent environ 40 % de leurs actifs qui ont un niveau d’éducation supérieur contre 25 % dans la zone euro. La qualification de la main d’oeuvre est donc plus faible dans la zone euro comparativement aux autres puissances.
Normalement, toutes choses égales par ailleurs, une main d’oeuvre moins qualifiée devrait être moins efficace. Pour vérifier il suffit de lire le graphique suivant :

De 1998 à 2011 les gains sont : zone euro : + 9 %, Japon : + 13 %, États-Unis : +25 %.
Mais là encore rien ne prouve que le passage de la corrélation observée à la causalité soit justifié. Les gains de productivité ont de nombreuses causes c’est même ce que nous sommes en train de montrer.

On notera cependant qu’avec le développement des dépenses de recherche, l’amélioration de la qualification et des systèmes de formation sont les deux objectifs retenus dans la stratégie de Lisbonne et ils ont été maintenus dans la nouveau programme adopté en 2010 Europe 2020. Pour en savoir plus.

[1La productivité du travail selon l’âge et selon les qualifications.

[2Le rendement apparent de la formation continue dans les entreprises : effets sur la productivité et les salaires. Juin 2006.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 919 / 1189462

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Économie générale  Suivre la vie du site La productivité  Suivre la vie du site Compléments   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License