Travail : activité et emploi

vendredi 4 octobre 2013

Sans travail il n’y a pas de production. C’est tellement évident que pendant près d’un siècle d’Adam Smith à Karl Marx le travail a été considérée comme étant la seule source de la valeur. Pour mesurer la valeur d’un produit il faut alors compter le nombre d’heures de travail nécessaires à sa production. Le capital est bien traité comme un facteur de production mais il est lui aussi produit par du travail. Le capital c’est du temps de travail accumulé et lorsqu’il est utilisé il restitue le travail qu’il contient. [1]

En 2012 en France, 25,8 millions de personnes ont un travail (ils ont un emploi) et 2,8 millions sont au chômage (ils n’ont pas d’emploi mais ils en cherchent un et sont disponibles pour l’occuper) et 1,35 millions de personnes ayant un emploi sont en situation de sous-emploi [2].
Sur dix emplois il y a un non-salarié, cinq ouvriers ou employés et quatre cadres ou professions intermédiaires.
Ces indications empruntées à l’INSEE [3] montrent que la description de ce que l’on appelle travail et emploi mérite d’^tre précisée.

L’activité

Une personne est active quand elle a l’âge de l’être et qu’elle exerce ou cherche à exercer un emploi rémunéré.
Il y a donc dans la population totale relativement à l’activité 4 catégories de personnes : les inactifs par âge, les inactifs volontaires, les actifs ayant un emploi et les actifs sans emploi (un chômeur est un actif).

Estimations au 1er janvier 2013 [4]

Source : Insee Première N°1466 - septembre 2013 et Population totale par sexe et âge au 1er janvier 2013.

Les formes d’activité

L’activité peut être salariée ou non salariée, à temps plein oiu à temps partiel.

  • Emplois salariés et travail indépendant.

Ainsi un peu plus d’un emploi sur dix en 2012 est un emploi non salarié et ce pourcentage est stable depuis une quinzaine d’années. L’INSEE note que les non-salariés sont plus âgés que les salariés puisque un sur deux a plus de 46 ans alors que la moitié des salariés a moins de 41 ans. Cela s’explique sans doute par le fait qu’une partie des non salariés commencent leurs vies professionnelles par un travail salariés, le temps d’accumuler l’expérience et le capital nécessaire. Une autre explication traduit la difficulté rencontrée par les chômeurs âgés pour retrouver un emploi et par les aides mises en place pour faciliter la création d’entreprise.
Cette catégorie des non salariés est très hétérogène puisqu’elle regroupe les professions libérales et les travailleurs indépendants (artisans commerçants agriculteurs exploitants...).

  • Temps plein, temps partiel

Fixée à 35 heures hebdomadaires pour toutes les entreprises quel que soit leur effectif, la durée légale du travail effectif est une durée de référence, un seuil à partir duquel sont calculées les heures supplémentaires. Il ne s’agit ni d’une durée minimale (les salariés peuvent être employés à temps partiel), ni d’un maximum : des heures supplémentaires peuvent être accomplies dans le respect des durées maximales au-delà desquelles aucun travail ne peut être demandé.

Le temps partiel concerne principalement les femmes pour lesquelles il a augmenté en même temps que l’activité féminine en générale (30% des femmes actives ont des emplois à temps partiel) mais la part du temps partiel pour les hommes actifs a aussi augmenté même si elle reste inférieure à 7%. Depuis le début du XXI<supe la part du temps partiel pour les hommes et les femmes est stabilisée.

Population active occupée à temps partiel selon l’âge et la durée du temps partiel en 2011 en %

Note : résultats en moyenne annuelle
Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes en emploi de 15 ans ou plus (âge au 31 décembre).
Source : Temps partiel selon l’âge et la durée du temps partiel - septembre 2012.

Temps partiel selon le sexe et la durée du temps partiel en 2011

(1) : Y compris les personnes n’ayant pas déclaré d’horaires habituels.
Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes en emploi de 15 ans ou plus (âge courant).
Source : Insee, enquête Emploi 2011.

Évolution de la part des actifs à temps partiel, en % (1975 - 2011)

Source : INSEE Résultats - Marché du travail - Séries longues (février 2012) et Temps partiel selon le sexe et la durée du temps partiel - septembre 2012

Comparaison internationale : temps partiel et durée du travail hebdomadaire dans l’Union européenne en 2011

Les différences internationales montrent le caractère culturel de la place du travail des femmes. Dans les pays du Nord de l’Europe le travail des femmes est vécu encore souvent comme un travail d’appoint ce qui peut conduire à du temps partiel choisi.

En fait la principale question est celle-ci, le temps partiel est-il choisi ou subi ?
Si le temps partiel est subi, il faut alors ranger les salariés concernés avec ceux qui sont désignés comme précaires ou ayant des formes particulières d’emploi (ou encore des emplois atypiques).

CDI et formes particulières d’emplois

Sous ce terme formes particulières d’emploi, l’ISEE regroupe les emplois qui ne sont pas des contrats à durée indéterminée. Ce sont l’intérim, les contrats à durée déterminée, l’apprentissage et les contrats aidés.

Formes particulières d’emploi et parts dans l’emploi, par sexe et âge regroupé, en moyenne annuelle

Source : INSEE résultats N° 138 Société - janvier 2013. Enquête Emploi, corrigée de la rupture de série en 2003 (calculs Insee)

Ces formes particulières d’emplois représentaient 13,5% des emplois salariés en 2011 contre 6,4% en 1982 (pourtant les CDD représentent la même part dans l’emploi total - 77% - pendant toute la période, mais les emplois non salariés sont passés de 17,9% à 11,6% de l’ensemble).
Il y a indéniablement une forte croissance des formes particulières d’emplois et spécialement des CDD et emplois aidés comme le montre le graphique précédent.

Il est encore trop tôt pour dire si la "Loi de sécurisation de l’emploi" de juin 2013 produira des effets positifs pour l’encadrement de l’interim et des CD et l’encouragement aux CDI.
La négociation ouverte fin décembre 2012 ayant abouti à cette loi était présentée par le gouvernement comme une étape vers une réforme du marché du travail. Il s’agit de permettre aux entreprises de disposer de davantage de "flexibilité" et aux salariés d’être "sécurisés" dans leur vie professionnelle. Le néologisme "flexsécurité" désigne l’ensemble des aménagements des relations professionnelles (du contrat de travail) qui poursuivent simultanément les deux objectifs

Les changements introduits par la réforme.

- Pour les CDD
Une taxation des CDD est mise en vigueur le 1er juillet 2013.
Cela concerne les CDD de moins de 3 mois, les CDD de surcroit d’activité.
Mais les contrats saisonniers et les CDD de remplacements ne sont pas concernés par cette taxation.
Actuellement, les entreprises qui utilisent des CDD de courte durée ont une cotisation patronale qui s’élève à 4% à partir du 1er juillet 2013, la cotisation sera de 7% pour les CDD de moins d’un mois, 5,5% pour les CDD de 1 à 3 mois, 4,5% pour les CDD de moins de 3 mois

- Pour le temps partiel

Actuellement, il n’existe pas de durée minimale pour un contrat à temps partiel, à partir du 1er janvier 2014, le temps partiel sera fixé à 24h par semaine minimum.
Mais, cette règle pourra être contournée dans plusieurs cas :
- les étudiants de moins de 26 ans pourront déroger à la règle des 24 heures afin de ne pas empiéter sur leurs études.
- lorsqu’un salarié cumule plusieurs activités il devra prouver qu’il respecte la durée maximale de travail autorisée, à savoir 48h par semaine.
- lorsque l’activité économique de l’entreprise ne permet pas d’effectuer les 24 heures minimales.
Le CE, ou les Délégués du Personnel, devront être annuellement informés du nombre de demandes de dérogation individuelle.
Les heures complémentaires seront majorées de 10% dans la limite de 1/10ème de la durée hebdomadaire ou mensuelle de travail prévue dans leur contrat de travail. Au-delà de ces 1/10ème, les heures seront majorées de 25%.

- Pour les CDI
À partir du 1er juillet 2013, toute embauche d’un jeune de moins de 26 ans donnera lieu à une exonération de la cotisation patronale chômage : pendant 4 mois pour les entreprises de moins de 50 salariés, pendant 3 mois pour les entreprises de 50 salariés et plus. Cette exonération aura lieu seulement si le contrat dépasse la période d’essai.

Il était temps de traiter cette question car selon les chiffres du Ministère du travail (voir Les mouvements de main-d’œuvre au premier trimestre 2013, Indicateurs de la DARES n°053 septembre 2013) le poids des CDD dans les embauches n’a jamais été aussi élevé depuis 1999. La part des CDD dans les embauches a atteint 82,4% au cours du 1er trimestre 2013 dans les entreprises de plus de 10 salariés. Cette évolution s’observe dans l’industrie et du tertiaire et est stabilisée dans le BTP.

Part des CDD dans les embauches

[1Cette "théorie de la valeur travail" sera critiquée et les économistes qui seront qualifiés plus tard de "néoclassiques" introduiront une autre théorie faisant de la valeur une fonction de l’utilité et de la rareté. dans cette conception la valeur d’un bien n’est plus "objective" comme quand elle est mesurée par son coût en travail, elle est "subjective" puisque l’utilité et la rareté sont appréciées de manière différente par les individus. C’est le marché qui détermine le prix en confrontant les offres (fondées sur les coûts de production) et les prix sont l’expression monétaires de la valeur. Pour en savoir plus voir cet article sur un autre site.

[2L’INSEE définit le sous-emploi comme une situation d’une personne ayant un emploi à temps partiel, mais qui souhaite travailler plus d’heures sur une semaine donnée et qui est disponible pour le faire, qu’elle recherche un emploi ou non. Sont également incluses dans le sous-emploi les personnes ayant involontairement travaillé moins que d’habitude (chômage technique...).

[3INSEE Première n°1466 septembre 2013 : Une photographie du marché du travail en 2012.

[4Depuis la réforme des retraites et l’ouverture du droit à poursuivre l’activité au delà de l’âge légal de départ en retraite (67 ans au plus tard) la population inactive par âge pour les plus âgés en difficilement mesurable.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 565 / 1427233

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Économie générale  Suivre la vie du site Travail, activité, emploi, chômage  Suivre la vie du site Cours   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License