Un peu de théorie microéconomique : le choix du producteur

mardi 14 janvier 2014

Il s’agit ici de vérifier une intuition : les prix dépendent des coûts de production.

Un producteur doit répondre à un certain nombre de questions traduisant des choix :
- choix du produit (problème commercial)
- choix d’une technique de production (problème technologique)
- choix d’une quantité produite (problème économique).

Il dispose d’informations :
- l’étendue des marchés et leur situation actuelle (il peut anticiper les évolutions)
- les ressources techniques dont il peut disposer (ses équipements, ses méthodes, les effectifs de salariés...)
- les conditions économiques du moment (prix des produits, prix des facteurs de production - le travail, les équipements, les consommations intermédiaires...)

À partir de ces informations sur l’environnement de la décision (ce sont donc des contraintes) et compte tenu des objectifs qu’il va retenir il doit répondre aux questions précédentes. On peut penser que le producteur va adopter un comportement rationnel, c’est-à-dire un comportement conduisant à chercher les solutions donnant le meilleur résultat possible pour l’objectif compte tenu des contraintes qui s’imposent à celui qui doit décider.

Du coût total au profit total

Certaines dépenses indispensables à la production sont indépendantes de la quantité produite, ce sont les coûts fixes (loyer des bâtiments, assurances, abonnements...).
D’autres varient lorsque la quantité produite augmente : ce sont les coûts variables (matières premières, consommations intermédiaires, masse salariale...)

Pour une technique de production donnée, le coût total est une fonction croissante de la quantité produite. Le coût total augmente quand on produit davantage.
CT = f (q)

La recette totale dépend du prix et de la quantité produite (et vendue).
Elle augmente quand la quantité vendue augmente pour un même prix ou quand le prix augmente pour une même quantité. Dans les hypothèses de la concurrence retenues jusqu’à présent, le prix du produit est une donnée pour le producteur, il ne peut le modifier. Donc la seule source d’augmentation de la recette c’est l’augmentation de la quantité vendue.

RT = p . q

Le profit total dépend du prix et de la quantité produite (et vendue).
ProT = p . q - f (q)
Pour un producteur soumis à la concurrence des autres producteurs, puisque le prix est une donnée imposée par le marché le profit ne dépend que de la quantité produite.
Ici entre q1 et q2, le producteur fait un profit (surface séparant la droite RT et la courbe CT.

La production obéit souvent à la loi des rendements décroissants : les coûts variables augmentent d’abord lentement, puis plus rapidement.
La production est rentable à partir d’un certain seuil, elle cesse de l’être au delà d’un autre niveau de production.
La quantité produite optimale (donnant le profit maximum) est comprise entre ces deux seuils.

Coût et profit unitaires

Quand le producteur décide d’augmenter ou non sa production il part d’une position déjà réalisée : il raisonne “ à la marge”.
Le profit augmente tant que la production d’une unité supplémentaire entraîne une augmentation des recettes (recette marginale c’est à dire prix unitaire) plus élevée que l’augmentation du coût total (coût marginal c’est à dire le coût de la dernière unité produite)... il diminue dès que le coût marginal devient plus élevé que le prix.
Le profit est maximum pour la quantité égalisant le prix au coût marginal.

Si les rendements deviennent décroissants le coût moyen diminue puis augmente.
Courbe Cmo d’abord décroissante puis croissante.
Tant que le coût moyen diminue, le coût marginal (coût de la dernière unité) est inférieur au coût moyen. C’est cela qui explique la baisse du coût moyen (la dernière unité coûte moins que les précédentes).
Cma est décroissante dans un premier temps puis croissante (rendements décroissants = coûts croissants). Mais tant que Cma est inférieur à Cmo, le coût moyen Cmo continue de diminuer.
Si le coût moyen Cmo augmente cela signifie que le coût marginal Cma est devenu supérieur au coût moyen.
Le profit augmente tant que la production d’une unité supplémentaire entraîne une augmentation des recettes (la recette marginale c’est à dire le prix unitaire qui est le même quelque soit la quantité produite) plus élevée que l’augmentation du coût total (le coût marginal) ... il diminue dès que le coût marginal devient plus élevé que le prix.
Le profit est maximum pour la quantité égalisant le prix au coût marginal

Effet d’une hausse du prix

Dès que le prix unitaire est supérieur au coût moyen minimum, son augmentation élève le profit total.
Si la technique de production ne change pas et si le producteur est en mesure d’accroître sa production, une augmentation du prix du produit entraîne une augmentation de la quantité qui donne le profit maximum.
La courbe d’offre du producteur est une fonction croissante du prix du produit.
Si toutes les courbes d’offre individuelle sont “ normales” la courbe d’offre de marché est une fonction croissante du prix du produit.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2158 / 1200692

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Économie générale  Suivre la vie du site La régulation par le marché  Suivre la vie du site Compléments   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License